A la découverte du Parc des Écrins

Créé en 1973, le parc national des Ecrins est un havre de paix naturel soigneusement préservé. Situé dans les Alpes, il chevauche deux principaux départements : l’Isère et les Hautes-Alpes. Ce magnifique décor naturel qui s’étend sur une très grande partie du massif des Écrins reçoit un million de visiteurs par an. Avec sa superficie de 918 km2, il propose une découverte inoubliable de somptueux paysages. On admire également le charme de la région dans un chaleureux camping au Parc des Écrins.

Le relief et les lacs du parc

Le parc national des Écrins s’étend sur un territoire de 91 800 hectares. On y retrouve près de 100 sommets et des glaciers qui couvrent près de 17 000 hectares. Les sommets les plus populaires sont ceux des Rouilles, de Pelvoux, de Turbat et du Lautaret. Par ailleurs, les différents sommets de cet espace sont situés à plus de 3000 mètres. Parmi les glaciers les plus remarqués de ce parc, l’on retrouve le glacier Blanc et le glacier Noir. Le glacier Carré, le glacier d’Arsine et le glacier de Laurichard sont également des incontournables.

Plusieurs lacs font aussi le charme de ce parc national français. Il s’agit principalement du lac des Pisses, du lac de Lauzon, du lac de Plan Vianney et du lac du Pavé. L’on y retrouve également les lacs de la Muzelle, de Crupillouse et du Lauvitel. Dans ce parc, ce sont plus de 4 145 espèces d’animaux et de plantes qui vivent dans une parfaite harmonie.

La faune du parc national des Écrins

La faune du parc national des Écrins est composée de plus de 350 espèces de vertébrés. Dans cette catégorie, l’on retrouve des mammifères dont le chamois, la marmotte, l’hermine, le bouquetin ainsi que le petit et le grand murin. L’écureuil roux et le renard roux sont aussi des animaux que l’on rencontre dans le parc. Quelques fois, il est possible d’observer le loup gris et le lynx boréal. Une diversité d’amphibiens et de reptiles se trouve également dans ce parc. Ce sont généralement l’alyte accoucheur, le sonneur à ventre jaune, le lézard ocellé et le triton alpestre.

Dans la catégorie des oiseaux, l’on retrouve le tichodrome échelette, la chevêchette d’Europe, la niverolle alpine et le tétras-lyre. L’aigle royal, le lagopède alpin et le vautour fauve sont aussi des espèces à observer. Le parc national des Ecrins regroupe aussi différentes espèces d’invertébrés dont le nombre exact est encore indéterminé. Toutefois, l’on peut compter l’apollon et le petit apollon, la miramelle des frimas, la cordulie alpestre, la cigalette à ailes courtes et le grand sirex. L’isabelle, le criquet des torrents, l’agrion de Mercure et la rosalie des alpes font aussi partie du lot.

La flore du parc national des Écrins

La diversité du climat et du territoire du parc national des Écrins est favorable à l’épanouissement de plus de 2000 espèces d’espèces végétales. Dans ce beau cadre, on peut donc observer le rubanier à feuilles étroites, la potentille du Dauphiné, la renoncule en faux et le génépi des glaciers. Le buxbaumie vert, la petite massette et la saxifrage à feuilles opposées sont aussi des espèces à admirer. Vous pourrez aussi voir, dans ce cadre naturel, l’androsace de Vandelli et l’épipogon sans feuilles.

Parmi les arbres les plus incontournables de ce parc national français, l’on compte le genévrier thurifère, le marmottier, le sapin blanc et le hêtre. L’on rencontre aussi le nerprun des Alpes, l’épicéa commun et le mélèze d’Europe.

Les sports de nature dans le parc national des Écrins

Le parc national des Écrins est un espace favorable à la pratique des sports de nature. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles, il est si prisé par les visiteurs. Ainsi, il existe plusieurs sentiers balisés et entretenus qui sont favorables pour des randonnées pédestres. Il est également possible d’y pratiquer l’escalade et l’alpinisme. Des espaces sont aussi réservés pour la pratique du canyoning.

Les amoureux du parapente seront ravis de faire un tour dans le parc où les autorités en charge de la gestion ont prévu des espaces réservés pour la cause. L’on peut aussi y faire du deltaplane et du survol en planeur. La pratique de ces différentes activités en pleine nature est régie par des règles bien précises qui visent à préserver le caractère sauvage et naturel du parc. Il est donc question de veiller à la survie du règne animal et végétal du parc tout en se divertissant.